Placements à revenu fixe

Les placements à revenu fixe peuvent présenter plusieurs avantages. Ils offrent la possibilité d’une source de revenu prévisible, d’un moyen de préserver le capital et d’occasions de diversification attrayantes à votre portefeuille.

Qu’est-ce qu’une obligation ?

Une obligation est un instrument financier par lequel un gouvernement ou une société emprunte de l’argent à des investisseurs. En général, un taux d’intérêt est fixé pour une période précise, allant de la date d’émission de l’obligation à sa date d’échéance. Le taux des intérêts (ou coupons) qui sont versés en contrepartie du prêt est déterminé par différents facteurs, comme la solvabilité de l’émetteur et les taux d’intérêt offerts sur le marché au moment de l’émission.

Le risque qu’un gouvernement soit incapable de rembourser un prêt étant faible, les obligations gouvernementales sont habituellement émises à un taux d’intérêt plus bas que celui des obligations de sociétés.

Dans la mesure où le prix d’achat d’une obligation correspond à la valeur du capital et où le montant initial est remboursé en totalité, le rendement du placement est égal au montant des coupons versés. Si vous décidez de vendre une obligation sur le marché avant sa date d’échéance, il est aussi possible que vous réalisiez un gain ou une perte, selon que l’obligation vaut plus ou moins que le montant du capital.


Les différents segments du marché obligatoire

Les placements à revenu fixe ne sont pas tous égaux. Il importe donc de diversifier ces titres dans votre portefeuille. Par contre, chaque segment réagit différemment à l'évolution des taux d'intérêt, des perspectives économiques et d'autres facteurs.

Ce tableau montre les divers risques et le niveau de revenu global potentiel des bons du Trésor et de différents segments du marché obligataire.

Les différents segments du marché obligatire

Rendement en revenu et taux d'intérêt

Comprendre le rendement en revenu et l'incidence de la montée des taux d'intérêt - RBC Gestion mondiale d’actifs

Le rendement en revenu, c’est ce que rapporte un titre à revenu fixe. Le rendement en revenu d’une obligation dépend à la fois du prix d’achat de l’obligation et des paiements d’intérêt (ou coupon) reçus chaque année. On le calcule en divisant le paiement d’intérêt (ou coupon) annuel par le prix d’achat. Le mot « rendement » sert souvent à désigner les taux d’intérêt à long terme.

Rendement en revenu = CouponPrix d'achat des obligations

Pourquoi la hausse des taux d'intérêt (et des rendements) fait-elle baisser les cours des obligations?

Les taux d’intérêt et les cours obligataires évoluent en sens inverse. Lorsque les taux d’intérêt baissent, le prix des obligations tend à augmenter, et vice-versa.

Les prix des obligations

Exemple :

Supposons qu’un investisseur souscrive une nouvelle obligation, d’une valeur nominale de 1 000 $ et assortie d’un taux d’intérêt de 6 %, qui lui rapporte 60 $ d’intérêts chaque année (les versements d’intérêts sont généralement désignés sous le terme de « coupon »). Si les taux d'intérêt augmentent de 1 %, les nouvelles obligations rapporteront 7 %, soit 70 $ chaque année. Les investisseurs étant désormais en mesure de souscrire des obligations procurant des versements d’intérêts plus élevés (rendement en revenu plus élevé), les obligations à 6 % intéresseront peu de monde. La demande étant plus faible, le cours de l’obligation à 6 % devra baisser pour que celle-ci demeure attrayante.

Le principe fondamental à retenir est que le rendement en revenu d’une obligation augmente lorsque son cours diminue. Lorsqu'il y a une hausse des rendements obligataires (taux d'intérêt), cela signifie que les cours des obligations en général baissent. C’est pourquoi une hausse des rendements obligataires est généralement considérée comme désavantageuse pour les détenteurs d’obligations.

Discutez avec votre conseiller de l’incidence des variations de taux d’intérêt sur votre portefeuille. Il peut vous aider à déterminer les solutions de placement qui conviennent à votre portefeuille dans la conjoncture actuelle.


Vous êtes sur: Instruments du marché monétaire

Bons du Trésor, papier commercial et acceptations bancaires

Les bons du Trésor et autres instruments du marché monétaire comme le papier commercial et les acceptations bancaires sont considérés comme le segment le plus sûr du marché des titres à revenu fixe.

Les bons du Trésor sont des titres d’emprunt à court terme vendus au-dessous du pair, émis ou garantis par le gouvernement fédéral, provincial ou d'autres gouvernements. Le taux d'intérêt est fixé au moment de l'émission, mais la valeur du bon fluctue en fonction du taux d'escompte. Le rendement est calculé d’après la différence entre le prix payé et la valeur au pair (également appelée coupure ou valeur nominale). Les bons du Trésor atteignent leur valeur nominale à l'échéance (généralement 90 ou 180 jours) mais n'offrent pas d'intérêt fixe comme la plupart des obligations.

Contrairement aux bons du Trésor, le papier commercial et les acceptations bancaires sont émis par des sociétés. Un papier commercial est un billet à ordre négociable dont le terme varie de quelques jours à un an et qui n’est généralement pas garanti par les actifs de la société. Les acceptations bancaires sont des billets à ordre de courte durée, garantis sans condition par une importante banque à charte. Elles offrent un rendement supérieur à celui des bons du Trésor, ainsi qu’une qualité et une liquidité supérieures à celles de la plupart des émissions de papier commercial.


Obligations du gouvernement

D'une durée de deux à 30 ans, les obligations du gouvernement sont considérées comme des placements à très faible risque, car elles sont garanties par un gouvernement. Leur valeur fluctue selon l'offre et la demande du marché. Par exemple, l'État accroît l'offre d'obligations pour se procurer des capitaux qui serviront à stimuler l'économie.

La demande augmente généralement durant les périodes où les investisseurs font peu confiance au marché boursier et lui préfèrent les placements plus sûrs. Elle augmente aussi lorsque l’activité économique et le risque d’inflation sont faibles.

Pour en savoir plus sur les fonds que nous offrons qui investissent principalement dans les obligations du gouvernement, voir :


Obligations de sociétés

Obligations de sociétés de première qualité

Ces obligations sont souvent appelées « obligations de première qualité » puisqu'elles sont émises par les grandes sociétés qui jouissent d'une cote de solvabilité élevée. Standard & Poor's attribue les cotes AAA, AA, A ou BBB aux obligations de première qualité.

Les obligations de sociétés de première qualité procurent un peu plus de revenu que les obligations du gouvernement parce qu'elles ne sont pas garanties par un gouvernement. Les différences de taux (écarts de taux) entre les obligations de sociétés et les obligations du gouvernement augmentent et diminuent généralement en fonction de la confiance des investisseurs, de leur tolérance à l'égard du risque, des perspectives de l'économie et de la croissance des bénéfices des sociétés. (Les différences de taux ou simplement écarts entre les types d'obligations sont appelées écarts de taux d'intérêt.)

Avec les obligations de sociétés de première qualité, les investisseurs acceptent le risque que la société émettrice ne puisse acquitter les paiements d'intérêt et rembourser le capital. Le risque pour les obligations de sociétés de première qualité toutefois est très faible.

Pour en savoir plus sur les fonds que nous offrons qui investissent principalement dans les obligations de société de première qualité, voir :

Obligations de sociétés à rendement élevé

Les obligations de sociétés à rendement élevé sont émises par les sociétés qui ne jouissent pas d'une aussi bonne cote de solvabilité que les émetteurs de titres « de première qualité ». Standard & Poor's attribue la cote BB ou une cote inférieure aux obligations à rendement élevé.

En général, elles procurent aux investisseurs un rendement en revenu supérieur à celui des obligations de sociétés ou des obligations d’État. Ce rendement compense le risque que la société émettrice ne verse pas les intérêts et ne rembourse pas le capital.

Parce qu'elles comportent un risque supérieur de défaillance, elles présentent par rapport aux obligations du gouvernement un écart de taux dépassant celui qui existe entre les obligations de sociétés de première qualité et les obligations du gouvernement.

Pour en savoir plus sur les fonds que nous offrons qui investissent dans les obligations de société à rendement élevé, voir :


Obligations des marchés émergents

Les obligations des marchés émergents à rendement élevé sont émises par les gouvernements ou les sociétés de pays en voie de développement. Les obligations de marchés émergents produisent en général des rendements en revenu plus élevés que ceux des obligations de première qualité du Canada et des États-Unis. Cette différence de rendement rémunère les investisseurs pour le risque accru que comporte un placement dans des pays dont l'expérience au chapitre des politiques économiques probantes est courte et dont les cadres institutionnels et gouvernementaux sont moins bien établis.

Au cours des dernières années, bon nombre de pays à marché émergent ont adopté des cadres réglementaire et bancaire prudents – et similaires à ceux du Canada – qui ont réduit le risque et augmenté la qualité du crédit de leurs obligations.

Pour en savoir plus sur les fonds que nous offrons qui investissent principalement dans les obligations des marchés émergents, voir :

Investir maintenant

Effectuer un placement ou consulter un conseiller

ALLONS-Y

Les nouveaux FNB du chef de file des solutions de revenu




Pour en savoir plus >

GESTION DE PLACEMENT PRIMEÉ

Pour en savoir plus >